Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi réfléchir sur nos déplacements?

La question des transports est celle qui suscite le plus d’attentes vis-à-vis de la Communauté de communes (enquête réalisée pour le dernier projet de territoire).

79% des actifs travaillent hors de la Communauté de communes dont 48% à Clermont-Fd

Résultats du questionnaire interne à l'association

En préalable à la rencontre débat sur les déplacements, nous avons organisé un petit sondage au sein de l'association et de notre entourage auquel ont participé 32 adultes (25 actifs et 7 retraités) et 5 jeunes (de 12 à 16 ans). Malgré un échantillonnage réduit, ses résultats reflètent assez bien la situation sur notre communauté de communes.

Quasiment tous les adultes utilisent d’abord leur voiture, que ce soit dans la Communauté de communes ou pour se rendre en dehors du territoire. Ils sont cependant aussi ouverts à d’autres modes de transports: le covoiturage (13 personnes), les transports en commun (7 personnes), le vélo (6 personnes).

Les 5 jeunes utilisent des moyens de transport variés: surtout les cars et la voiture, mais aussi le vélo et la marche à pied

Les déplacements sont un problème pour 40% des actifs et des jeunes et 55% des retraités. Les actifs citent des problèmes de coût, de dégradation de l'environnement, de transport des enfants et d'embouteillages. Les jeunes regrettent le manque de transports en commun dans certaines communes (par exemple Olloix) et pour leurs loisirs le week-end… Les retraités ne peuvent conserver leur autonomie sans voiture. Or ils peuvent avoir des difficultés pour conduire liées à l’âge ou pour assumer le coût d'une voiture.

Leurs attentes

La moitié des personnes (tous âges confondus) souhaitent une amélioration de l’offre en transports en commun. Un quart d'entre elles voudraient que le covoiturage soit facilité. Quelques personnes aimeraient que l’utilisation du vélo soit plus sécurisée

Combien vous coûte votre voiture?

Les personnes qui ont répondu au questionnaire ont estimé faire en moyenne 42 km par jour pour un coût moyen de136 euros par mois. Seule une personne a donné une réponse supérieure à 200 euros (450 euros) et c'est elle qui se rapproche le plus de la vérité.

En effet selon les calculs de l’ADETEC (bureau d'étude au service des politiques alternatives de déplacements situé à la Bourboule), une voiture revient tous frais compris à 0,34 euro le km (pour environ 12 000 km par an), barème plus bas que le barème fiscal (0,44 euros) ou que celui de l'ADEME et de l'Automobile club (0,50 euros). Pourtant avec 42 km par jour à 0,34 euros du km, une voiture nous revient à 428 euros par mois: son coût est ainsi très sous-estimé par les personnes qui ont participé au questionnaire. Sur une année, elle nous coûte 5140 euros pour 15.300km, c'est-à-dire 2 ou 3 mois de salaire moyen!

C'est un vrai problème pour ceux qui ont de petits revenus. Cette situation peut entraîner le départ des jeunes adultes ainsi qu'une précarité liée aux difficultés de déplacement, soit par la difficulté d'accès au travail sans voiture, soit par le poids de cette charge dans les dépenses familiales.

Le prix de l’essence va continuer d’augmenter.

Le pétrole « bon marché », car facilement exploitable, se raréfie et son pic de production est déjà atteint. Les hydrocarbures non conventionnels (gaz de schiste, sables bitumineux…) que l'on se remet du coup à exploiter sont encore plus polluants pour l'environnement et les populations locales. D'autre part, il faudrait les laisser sous terre pour préserver l’avenir de nos enfants car ils perpétuent la production de gaz à effet de serre, cause principale des dérèglements climatiques.

Les effets du dérèglement climatique sont déjà visibles et risquent d’être de plus en plus incontrôlables si on ne fait rien rapidement. Ainsi, l'année 2012 a vu un nouveau record de fonte de la banquise du pôle Nord. Mais surtout on constate une augmentation exponentielle des catastrophes d'origine hydrométéorologique (voir le schéma plus bas).

Sur un territoire tel que le nôtre, environ 25% de la production de gaz à effet de serre est due au transport de personnes et environ 25% au transport de marchandises.

Face à ces 2 problèmes, le coût des déplacements et le réchauffement climatique, il est nécessaire de s’organiser pour sortir du tout-voiture individuelle.

En effet une transition vers les énergies alternatives renouvelables connues (électricité solaire, agrocarburants 2ème génération, méthanisation) nécessite d'arrêter le gaspillage actuel : au niveau du Grand Clermont, 1,5 million de déplacements sont effectués chaque jour et 89% se font en voiture, le plus souvent avec une seule personne par voiture!

Les préconisations de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de consommation d’énergie du Grenelle de l’environnement II doivent être pris en compte à tous les niveaux : dans le Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie (SRCAE), dans le Plan Climat Energie départemental, dans le Schéma de Cohérence Territoriale du Grand Clermont (SCOT) mais aussi dans le projet de territoire de la communauté de communes des Cheires.

Le SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) du Grand Clermont prévoit ainsi:

➡ des autocars express cadencés compétitifs en temps avec la voiture dans les pôles de vie qui ne disposent pas de gare (et donc celui de St-Saturnin-St-Amant et Tallende pour notre territoire).

➡ un rabattement des véhicules particuliers vers le train ou l’autocar express

➡ un rabattement des autocars express sur le tramway et les lignes de bus clermontois

Il est prévu dans le récent projet de territoire de la communauté de communes des Cheires:

• de faire pression pour obtenir la liaison express, les transports vers l'extérieur de la communauté de communes ne faisant pas partie des attributions qu'elle s'est données.

• de dynamiser l’offre de transport collectif à la demande dans le territoire

• de créer éventuellement une seconde aire de covoiturage

• d'organiser la mise en relation pour le covoiturage

• de faire des réaménagements pour les piétons dans les bourgs

• d'aménager des itinéraires vélos

• d'aménager un écoquartier sur Tallende avec liaisons vers les parcs d’activités et les pôles de vie

Sans attendre que ces projets soient effectivement mis en oeuvre, ce qui risque de prendre beaucoup de temps, que pouvons-nous faire dès demain pour sortir du tout-voiture?

•Eviter les déplacements inutiles (regrouper les déplacements, faire ses achats localement…)

•Privilégier les transports doux: marche, vélo… Utiliser les pédibus

•Covoiturer

•Utiliser les transports en commun

•Et inciter notre entourage à en faire autant

Source: Introduction à la réunion-débat "Pourquoi réfléchir sur nos déplacements?" du 23 novembre 2012 à la Grange de Mai de St-Saturnin.

Pourquoi réfléchir sur nos déplacements?
Tag(s) : #DEPLACEMENTS

Partager cet article

Repost 0