Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Echanges sur les déplacements

Synthèse des discussions en petits groupes sur "Pourquoi réfléchir sur nos déplacements?

Sur les transports en commun

Alors que les lignes de bus étaient très fréquentées il y a une trentaine d’années, avant le « boom » des voitures particulières, les transports en commun existants sur la communauté de communes sont sous-exploités donc en risque. Comment interpréter un tel constat : mauvaise communication, horaires et trajets inadaptés, temps de transport, coût, articulations entre les transports en commun mal adaptées, par exemple pour se déplacer dans les zones périphériques, désintérêt général pour les transports en commun?

Ce que nous imaginerions comme dispositif « idéal »:

  • La priorité est une amélioration des dessertes et une augmentation de la fréquence de passage. Dans le SCOT la priorité est donnée pour une ligne directe de bus de La Jonchère au terminus du tramway à la Part Dieu avec une cadence fréquente.
  • Des points « multi-services» pourraient être créés, associant sur un même lieu, avec une bonne signalétique et une organisation adaptée, le point de départ pour divers modes de transport: covoiturage, transports en commun, équivalent movicité, autostop.. pour une plus grande modularité des transports.

Il existe ailleurs des transports en commun qui peuvent circuler sur les voies d’arrêt d’urgence en cas d'embouteillage, d'où un gain en temps sur les voitures.
Pourquoi pas un bus pour personnes âgées pour qu'elles puissent aller faire leurs courses ?

Les transports scolaires sont-ils ouverts à tout le monde ? Oui semble-t-il. Il faudrait une variété d’horaires s'ils peuvent être utilisés pour d'autres types de déplacements.

Penser à l'accès à la vie culturelle et festive. Des mini bus pourraient permettre de se rendre à des fêtes importantes organisées dans les différentes communes des Cheires.

Sur le covoiturage

Qu'est-ce qui freine le covoiturage ?

  • Les contraintes: Il est difficile de faire le premier pas. Il faut faire des concessions. Il n'est pas très facile de changer ses habitudes, de faire un détour au retour du travail lorsque l’on est deux. Le covoiturage est possible au prix de certaines contraintes qui s'amenuisent avec le nombre de participants et de dispositifs.

Les impossibilités géographiques entre les points de départ et points d’arrivée posent problème. Il faudrait multiplier les aires de covoiturage bien situées.

  • L'état d'esprit: Nous sommes dans une société très individualiste. Une nouvelle organisation entraîne une dépense d’énergie… Il semble que les jeunes générations sont beaucoup plus souples pour ce type de démarche. La génération coloc est aussi la génération covoiturage …
  • L'accès à l'information: un site internet peut être difficile d'accès pour certaines personnes, en particulier les personnes âgées, d'où le besoin de support papier. Il faudrait disposer d'une liste de volontaires pour transporter des personnes et d'un arrêt à un point fixe.

Il y a peu ou pas d’incitations publiques au covoiturage.

Le covoiturage se développe d’abord pour des raisons économiques plus que pour des raisons écologiques!

D'autres modes de transport ?

Il existe d'autres moyens de transport alternatifs : vélos électriques, voitures électriques, Vélib, voiture partagée ou voire camion en commun…

Les voies de circulation ne pas très adaptées au vélo et le relief de notre communauté de communes n'est pas très favorable : quand l’aller est rapide, le retour est beaucoup plus éprouvant … Certains préconisent le ½ vélo : on est sur le vélo quand c’est plat ou quand ça descend et on marche à côté quand ça monte. Le vélo électrique à l’air d’en séduire certains mais ils n’ont pas encore franchi le pas. Le vélo associé au transport en commun ou au covoiturage est aussi une solution envisagée, avec un système de dépose du vélo sur l’aire de covoiturage.

De manière plus générale

Il apparaît indispensable de développer la communication pour connaître les alternatives pour la plupart ignorées.

Il faudrait engager une réflexion sur nos « attitudes » (individualisme...). La voiture individuelle c’est une liberté ! Mais quel est le prix de notre liberté ?

Comment éviter le déplacement ?: télétravail, urbanisation, aménagement...

Quels sont les résultats de l'enquête déplacement Grand territoire Clermont Val d'Allier réalisée de janvier à avril 2012 ?

Source: réunion-débat du 23 novembre 2012 "Pourquoi réfléchir sur nos déplacements?"

Tag(s) : #DEPLACEMENTS

Partager cet article

Repost 0